Affaire Dutroux: une comédie sans fin

Dutroux: 15 ans plus tard, on suggère timidement la corruption

22 août 2010

By admin

La télévision hollandaise, Netwerk, a diffusé le mardi 17 août soir des images filmées par Madame Dutroux, saisies les 13 et 19 décembre 1995. Elle immortalise le viol d’une enfant par son époux. Elle le montre présentant la cache aménagée dans leur cave où ils avaient séquestré les petites Julie et Melissa enlevées  le 24 juin.

Dutroux était incarcéré pour des délits dits « mineurs » au moment de la saisie. Il a été libéré en dépit de la connaissance de ses activités. Certaines des cassettes lui ont été rendues… « sans être visionnées », selon la version officielle, sous prétexte que la police n’aurait pas eu de magnétoscope. Le couple n’a été arrêté que le 13 août 1996. Cinq jeunes filles ont été libérées de chez eux, dont deux de la cache de leur cave. Les corps Julie, Melissa, Ann et Efje ont été déterrés de leur jardin.

Quinze ans après les découvertes macabres, la machine de propagande belge relance des rumeurs stupides, sans moindre rapport avec la réalité des réseaux. La « presse » parle de « thèse de la complicité des gendarmes renforcée ». Dutroux aurait « été utilisé par des gendarmes qui lui passaient commande de petites filles ».

NON. Ce ne sont pas les gendarmes qui ont la clientèle pour acheter des films de viols de petites filles, mais les réseaux de prostitution. Ce sont les magistrats qui décident des devoirs d’enquête et de l’incarcération ou la libération des suspects. De même, quand les gendarmes désobéissent aux ordres des magistrats, ces magistrats ont le devoir de leur demander de répondre de leur comportement.

En d’autres termes, ce sont les magistrats qui ont bénéficié de la complicité des gendarmes, pour permettre à Dutroux de contribuer à l’expansion de l’exploitation sexuelle d’enfants. Ces magistrats bénéficient également de la complicité des journalistes, pour endormir la  population avec des âneries.

La vidéo qui aurait dû sauver Julie et Melissa

G. D. M. © La Dernière Heure – 20/08/2010

CHARLEROI En décembre 1995, alors que Marc Dutroux se trouve en prison pour des délits mineurs style trafic de voitures, sa maison de Marcinelle est perquisitionnée à deux reprises, les 13 et 19, sous la supervision du maréchal des logis chef René Michaux. Les enquêteurs emportent un matériel considérable dont plusieurs dizaines de cassettes vidéo – le nombre ne sera jamais établi avec précision.

Michaux déclarera que “par manque de matériel et de temps” , les cassettes seront envoyées au Centre audiovisuel de la gendarmerie sans avoir toutes été visionnées au préalable.

Or, ces bandes magnétiques contenaient des images particulièrement intéressantes et explicites. On y voit Dutroux violer une jeune fille apparemment mineure et droguée au préalable. Pire : le prédateur pose fièrement à côté de la cache qu’il a aménagée dans sa cave pour séquestrer ses victimes et montre le dispositif qu’il a imaginé pour fermer la cellule et la rendre ainsi invisible aux regards indiscrets.Bref, si on avait pris la peine de regarder ses cassettes à l’époque, il ne faisait aucun doute que Dutroux était plus qu’impliqué dans l’enlèvement et l’abus de jeunes filles. Non seulement il aurait été maintenu dès cet instant en prison mais une nouvelle perquisition aurait sans doute permis de délivrer Julie et Mélissa, probablement encore vivantes fin 1995.

On ne l’a pas fait et Dutroux fut relâché peu de temps après, certaines de ses bandes lui étant même restituées.On connaît la suite. Il faudra encore huit mois pour que le monstre soit démasqué. Entre-temps, il aura fait deux nouvelles victimes, Sabine et Laetitia. Et ses premières victimes, Julie, Mélissa, mais aussi An et Eefje n’ont pas été retrouvés vivantes.

Si l’on reparle de ces cassettes aujourd’hui, c’est qu’une émission de la télévision hollandaise, Netwerk, a diffusé mardi soir des images provenant de ces vidéos. Pour les enquêteurs, ce n’est pas un scoop puisqu’elles ont été abondamment visionnées après l’arrestation définitive de Dutroux. Les images ont d’ailleurs été projetées le 19 avril 2004 – à huis clos – lors du procès Dutroux.

En revanche, c’est sans nul doute un choc supplémentaire pour le grand public.

Affaire Dutroux : la thèse de la complicité des gendarmes renforcée

N. Ben. © La Dernière Heure 20/08/2010

BRUXELLES. Sur l’affaire Dutroux, toutes les thèses ont circulé, certaines plus solides que d’autres mais elles n’ont jamais été sérieusement prouvées. Parmi celles-ci, on ne peut évidemment s’empêcher de revenir sur celle selon laquelle Marc Dutroux et les gendarmes étaient tout simplement complices à l’époque et que dès lors, rien n’aurait pu empêcher le monstre de commettre de telles horreurs puisque selon cette thèse, il agissait pour le compte de gendarmes.

Selon les défenseurs de ces affirmations, il paraît dès lors évident que les gendarmes n’ont volontairement pas visionné ces vidéos puisqu’ils avaient connaissance de tous les agissements de Marc Dutroux.

Tout comme, toujours selon cette thèse de complicité, Julie et Melissa sont mortes dans la cache de Marc Dutroux non pas parce que les gendarmes n’ont pas entendu le son de leur voix au moment de leur passage dans la maison, mais tout simplement parce qu’ils n’auraient volontairement rien voulu entendre.

Dutroux aurait ainsi été utilisé par des gendarmes qui lui passaient commande de petites filles et qui, en échange, n’avaient évidemment aucun intérêt à dévoiler l’existence de la cache.

C’est là une thèse qui n’a pas pu être prouvée jusqu’ici et qui ne le sera sans doute jamais puisqu’entre-temps, le procès de Marc Dutroux a eu lieu et que de nombreux protagonistes de l’affaire sont morts, dont le gendarme René Michaux, celui qui fut envoyé dans la maison de Dutroux en 1995, un an avant l’éclatement de l’affaire, mais qui en était ressorti en affirmant n’avoir entendu aucun cri d’enfant et n’avoir remarqué aucune cache ! Quant aux vidéos, les enquêteurs n’auraient pas disposé de matériel pour les visionner.

http://reseaux-belges.droitfondamental.eu/wordpress/?p=225

About kruitvat

I am working for the Belgian human rights association 'Werkgroep Morkhoven' which revealed the Zandvoort childporn case (88.539 victims). The case was covered up by the authorities. During the past years I have been really shocked by the way the rich countries of the western empire want to rule the world. One of my blogs: «Latest News Syria» (WordPress)/ Je travaille pour le 'Werkgroep Morkhoven', un groupe d'action qui a révélé le réseau pornographique d'enfants 'Zandvoort' (88.539 victims). Cette affaire a été couverte par les autorités. Au cours des dernières années, j'ai été vraiment choqué par la façon dont l'Occident et les pays riches veulent gouverner le monde. Un de mes blogs: «Latest News Syria» (WordPress)/ Ik werk voor de Werkgroep Morkhoven die destijds de kinderpornozaak Zandvoort onthulde (88.539 slachtoffers). Deze zaak werd door de overheid op een misdadige manier toegedekt. Gedurende de voorbije jaren was ik werkelijke geschokt door de manier waarop het rijke westen de wereld wil overheersen. Bezoek onze blog «Latest News Syria» (WordPress) ------- Photo: victims of the NATO-bombings on the Chinese embassy in Yougoslavia
This entry was posted in Dutroux, Justitie and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s